«

»

avr 29 2013

POURQUOI NOUS MANIFESTERONS LE 1er MAI!

POURQUOI NOUS MANIFESTERONS LE 1er MAI !

Améliorer l’application de la procédure de réquisition :

Le Ministère du logement a publié le 26 avril un point sur les réquisitions annoncées le 26 octobre dernier. Le bilan est maigre, malgré l’effort engagé au départ, et interroge sur l’efficacité de la procédure actuelle, puisque en bout de course, si l’on en croit le communiqué du Ministère, une cinquantaine de logements est en voie de réquisition, dont 21 dans le sud ouest, 30 en Ile de France, mais aucun en Ille et Vilaine.

Il devient urgent d’améliorer et durcir la procédure de réquisition, car les bailleurs qui font de la rétention spéculative ou par négligence, ont encore trop de moyens d’y échapper. Il faut également appliquer sans tarder l’ordonnance de 1945, notamment sur les immeubles et logements vacants appartenant à des riches propriétaires. Cette procédure permet également de réquisitionner des logements vacants dans des immeubles habités, en “diffus”.

Réquisitions citoyennes :

Dans de nombreuses villes, les mal logés n’attendent pas les réquisitions promises par le gouvernement, et occupent des bâtiments vacants, mais les procédures d’expulsions et les jugements s’enchaînent et sont parfois exécutés rapidement, y compris pendant la trêve hivernale (voire droitaulogement.org).

Expulsions :

Malgré la circulaire Duflot-Valls du 26 octobre dernier et les engagements du candidat Hollande, il est à craindre une augmentation du nombre des expulsions tant les parts du logement et de l’énergie dans les dépenses des ménages s’accroissent.

Loi DALO :

La loi DALO est loin d’être respectée, autre promesse de campagne, puisque le nombre de prioritaire non relogés augmente d’année en année.

Droit à l’hébergement :

Là aussi le droit n’est pas respecté et le nombre de sans abris dans nos villes ne cesse d’augmenter. Les places d’hébergement ferment progressivement et il n’est pas créé de places de CADA.

DAL 35 défilera avec les cortèges syndicaux du 1er mai, et attend une loi sur le logement qui fasse réellement évoluer les droits des mal logés, des sans logis et  locataires, face aux bailleurs actuellement tout puissants. Le logement, souvent oublié dans les revendications fait partie des inquiétudes des citoyens et contribue largement à la précarité ambiante.

Rennes, le 29 avril 2013.

RENDEZ-VOUS le 1er MAI à 10h30

Place de la Mairie à Rennes